Contrôler ou ne pas Contrôler? Telle est la question. – Logistique internationale ou routier

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Logistique internationale, logistique routier, fournisseur, transporteur, incoterms, niveau de service, chaîne d'approvisionnement, transport, optimisation

Lorsque vous décidez de prendre votre voiture, préférez-vous conduire ou vous laisser conduire? La majorité d’entre vous préféreront conduire et être en contrôle. Pourquoi, lorsque nous parlons de Logistique, laisser la responsabilité du transport à nos fournisseurs? Ne voulons-nous pas contrôler notre destiné et optimiser notre chaine d’approvisionnement?

Une partie de la communauté des affaires préfère laisser le transport au fournisseur, question de responsabilité. Mais en réalité, en bout de ligne, nous sommes toujours responsables vis-à-vis de nos clients finaux. Si notre fournisseur outre-mer choisit son transitaire et un délai d’acheminement de 45 jours pour nos envois de biens, alors que mon prestataire de service nous propose une alternative plus économique avec un transit de 30 jours; Pourquoi ne pas en profiter?

Prendre le contrôle de la logistique génère des résultats dont les bénéfices sont nombreux, tels que, les accords de niveau de service (SLA), évaluation générale de la performance, visibilité sur l’ensemble de la chaine d’approvisionnement, bénéfices financiers, sans oublier la mise en place d’un partenariat avec votre prestataire de service. En déterminant l’Incoterm le plus adéquat à vos achats (groupe E ou F), vous avez alors la responsabilité de choisir le transporteur et, par voie de conséquence, avez non seulement une visibilité complète sur votre chaine d’approvisionnement mais également un seul prestataire de service à gérer.

En effet, la sélection d’un transporteur/transitaire vous permet d’implanter un accord de niveau de service (SLA) et de suivre l’évolution de la qualité de service à des intervalles prédéterminés et selon des indices clés de performance. De plus, votre entreprise présente maintenant un intérêt tout particulier pour le transporteur : vous êtes prêts à lui confier l’ensemble de vos transactions de transport. La génération de rapports d’avancement d’expéditions, le suivi des commandes incluant l’envoi de rapports automatisés personnalisés et la planification des approvisionnements avec vos fournisseurs en fonction des journées de départ des navires ne sont que quelques bénéfices générés par la prise de contrôle du transport. De plus, le transporteur sera heureux de vous assigner un(e) chargé(e) de compte qui prendra soin de vous durant le voyage que vous ferez ensemble.

Il va sans dire que contrôler sa logistique a également des conséquences financières positives. Lorsque votre fournisseur conduit votre ‘’voiture’’ (incoterms Groupe C et D), il ne le fait pas gratuitement. Il est rétribué bien sûr sur la vente de ses produits, mais également sur le profit réalisé sur les coûts de transport. Il n’existe pas d’études spécifiquement consacrée à ce point, mais selon les informations recueillies auprès de différents transporteurs internationaux au cours des années, le pourcentage de profit varierait entre 25% et 40%. Voulez-vous vraiment laisser votre fournisseur profiter de ces gains?

De plus, en maitrisant votre logistique, vous éliminez les intermédiaires : pas de courtier en transport qui engage un transporteur routier, pas de fournisseur qui contracte un courtier. Vous êtes maintenant en relation directe avec le transporteur/transitaire.

Avec plus de 30 années d’expérience dans ce domaine, Conseil 2.0 est prêt à vous assister à prendre le contrôle de votre destin.