Les détaillants peuvent-ils maximiser la prévision de la demande?

anticipation, prévision, commerce de détail, détaillants, achat

Comme plusieurs industries, le commerce de détail a vécu de grandes perturbations depuis le début de la pandémie, en mars 2020. Ces défis causent des ennuis aux acheteurs, qui doivent se soumettre à des demandes de plus en plus exigeantes de la part des fournisseurs. A titre d’exemple, ces derniers requièrent que les bons d’achats soient présentés plus d’un an à l’avance afin de lancer leur production. Minimiser les délais de livraison, ainsi que les ruptures de stock sont autant de réalités auxquelles font face les acheteurs.  

Comment les acheteurs des compagnies de commerce au détail peuvent-ils prévoir la demande de l’année suivante, alors qu’ils vivent dans un environnement aussi incertain? 

Anticiper la variabilité de la demande. 

La variabilité de la demande est flagrante et se reflète dans les changements de la valeur des ventes au détail. Le graphique ci-dessous démontre la valeur des ventes au détail au Canada entre janvier 2012 et avril 2022, où la ligne verticale orange marque le début de la pandémie au pays (mars 2020). Il est évident que la valeur des ventes augmente de façon constante entre janvier 2012 et mars 2020. Les acheteurs de produits de vente au détail pouvaient alors s’y référer afin de prévoir la demande et déposer leurs bons d’achats auprès de leurs fournisseurs. Après mars 2020, plusieurs variations en matière de consommation se produisent. On observe une diminution flagrante entre mars et juin 2020, dû à la fermeture de commerces, suivi de quelques remontées et diminutions dans les mois suivants. Les plus grandes fluctuations semblent diminuer en 2022, mais l’instabilité économique amène toutefois plusieurs questions et défis pour les acheteurs et les planificateurs de la demande des consommateurs. Par exemple, est-ce que l’inflation et le retour à “la normale” contribueront au maintien de la courbe de ventes actuelle? 

tendance, demande, commerce de détails

En raison des nombreuses ruptures d’inventaire dans plusieurs secteurs d’activité, on peut imaginer que les habitudes d’achats des consommateurs ont changées. Par exemple, de nombreux consommateurs ont été poussés à acheter des marques et produits alternatifs durant cette période, ce qui leur a fait découvrir d’autres options disponibles sur le marché, augmentant ainsi leur demande. Continueront-ils à acheter ces produits dans l’avenir ou retrouveront-ils leurs anciennes habitudes? Autant de facteurs difficilement prédictible pour les acheteurs.

Bien évidemment, les comportements des consommateurs seront différents selon le secteur de vente, surtout si l’on prend en compte les augmentations de prix qui affectent les tendances d’achats. Par exemple, si les habitudes de consommation de produits alimentaires demeurent inchangées, les achats de vêtements et d’articles de sports évoluent rapidement selon les besoins et les moyens de chaque famille. Il est donc primordial pour les compagnies de vente au détail de rester à l’affut des changements dans les tendances de consommation de leurs clients, afin de pouvoir réagir rapidement.

La digitalisation des processus d’achat

Les années de pandémie nous ont propulsés vers les ventes en ligne a un rythme effréné, ajoutant un défi de taille pour les entreprises qui n’avaient pas amorcées leur transformation numérique.

La digitalisation des achats représente toutefois un grand avantage pour les organisations leur permettant, entre autres, d’obtenir des informations essentielles pour mieux comprendre leurs clients. Un suivi assidu de l’activité sur les sites web permets de mieux anticiper l’évolution de la demande, et ainsi placer les commandes nécessaires.

Outre les avantages que procurent la digitalisation des achats, il est primordial qu’une entreprise ait les bons outils et les bons processus pour répondre à ses besoins spécifiques afin de pouvoir faire une meilleure prévision de la demande et placer les bons de commandes plusieurs mois d’avance, comme le requièrent maintenant les fournisseurs. Des outils utilisant l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique (« machine learning »), qui sont de plus en plus populaires et performants, sont disponibles sur le marché. Ces derniers sont avantageux pour les entreprises qui souhaitent améliorer leurs prévisions de la demande et maximiser leur profitabilité. D’ailleurs, selon une étude de Gartner, l’application de l’apprentissage automatique est le plus utilisé pour la prévision de la demande dans toutes les sphères de la chaîne d’approvisionnement.

Une révision des processus pour une meilleure agilité

Les nombreux changements, perturbations, défis et imprévus affectant les entreprises depuis 2020 entraînent le besoin d’effectuer une revue complète des processus pour rester pérennes. Plusieurs d’entre eux ne sont effectivement plus adaptés aux nouvelles réalités. De plus, une amélioration des processus permet à l’entreprise de cibler les bons outils à utiliser afin d’être le plus efficace possible. Le tout vise à rendre l’entreprise agile, à l’avant-garde des changements et proactive afin de bien répondre aux besoins de ses clients, un phénomène souhaité par la majorité des entreprises de vente au détail en 2022. En effet, selon Gartner, 96% des compagnies de vente au détail en 2022 planifient investir pour rendre leurs chaines d’approvisionnement plus agiles, alors que 90% souhaitent qu’elles deviennent plus résilientes. Contrairement à ce que plusieurs entreprises peuvent penser, un retour vers les anciennes réalités et habitudes « pré-pandémiques » n’est ni réaliste, ni souhaitable.

 

Conseil 2.0 analyse et met en place des solutions tangibles, ayant un impact sur l’ensemble de la chaine d’approvisionnement. Nous vous supportons dans le sourcing, l’organisation d’appels d’offres publiques et privés, la sélection et la gestion de fournisseurs, l’amélioration de votre processus Procure to Pay (P2P), l’optimisation de vos achats stratégiques, de vos inventaires, et la mise en place de politiques et procédures d’achats.