Chaque année, un grand nombre d’entreprises voient le jour, à travers le monde, dans le but de répondre aux problèmes et défis auxquels la civilisation est confrontée. Pensons tout simplement à l’entreprise d’Elon Musk, Tesla. Sa mission : « accélérer l’avènement du transport durable », répond au défi colossal que représente la transition vers une société exempte de carbone.  

Or, l’ironie du sort fait en sorte que ces organisations sont elles-mêmes sujettes à de nombreux défis et problèmes – communication déficiente, facturation erronée, quart de travail non comblé, etc. 

Heureusement, grâce à la technologie, il existe aujourd’hui de nombreux logiciels permettant d’aider les entreprises dans leurs activités quotidiennes. À titre d’exemple, au niveau de la communication, les applications de visioconférence comme Teams ou Zoom ont ouvert la voie au télétravail, permettant aux employés de poursuivre leur travail à la maison. Il s’agit d’un phénomène relativement récent, qui n’était pas très courant il y a quelques années à peine.  

Avez-vous déjà perdu un contrat en raison d'un oubli? Avez-vous déjà manqué unrendez-vous important avec un client?

Si oui, cet article vous intéressera fort probablement.  À travers ce blogue, il sera question d’explorer plus en détail les logiciels de la relation client. Plus précisément, nous allons approfondir sur ce qu’est un CRM, ces bénéfices pour votre entreprise et la manière dont Conseil 2.0 peut vous accompagner.  

Concrètement, qu’est-ce qu’un CRM ?  

Selon Salesforce, un logiciel de la relation client ou Customer Relationship Management (CRM) en anglais est une « technologie qui permet de gérer toutes les relations et interactions qu’une entreprise effectue avec ses clients actuels et potentiels ». Un CRM se veut à la fois intéressant d’un point de vue marketing, en étant un grand atout lors de campagnes publicitaires ciblées, que d’un point de vue ventes, en permettant facilement de suivre les clients potentiels pour éventuellement les convertir en clients actuels.  

Parmi les fonctionnalités offertes par les logiciels de CRM on retrouve, entre autres, le suivi de nouveaux clients potentiels (prospects), la source de ces derniers, le nombre de contrats gagnés et perdus, la croissance des revenus, etc. Afin de mieux visualiser, voici un exemple de tableau de bord d’un CRM : 

On peut s’apercevoir qu’en un coup d’œil, toute l’information nécessaire pour l’équipe des ventes est présente. Que ce soit le nom du vendeur responsable d’un nouveau client potentiel, le nombre de contrats conclus, ou encore, les revenus projetés pour le trimestre et ceux à venir.  

Il existe un grand nombre de logiciels de la relation client. Selon Zoho (4), ceux-ci sont généralement divisés en 4 catégories.  

  1. Dans un premier temps, les CRM sur site. Ce type de CRM implique que l’architecture s’effectue à l’interne, dans un serveur local. S’avérant plus sûr et sécurisé, on doit tout de même dépenser pour la maintenance et les mises à jour du système.  
  1. Ensuite, les CRM dans le nuage. Ils permettent d’accéder à vos données à partir de n’importe quel navigateur, en plus de prendre en charge la maintenance et les mises à jour du système. Cependant, l’entreprise choisissant un CRM dans le nuage est liée avec le fournisseur de la solution, et perd donc un peu de flexibilité et de contrôle. De plus, il faut faire attention au coût relié à la gestion des accès et des licences.  
  1. Continuons avec la troisième option, un CRM spécifique à un secteur. Il existe des fournisseurs de logiciels de la relation client spécialisés dans un domaine précis. Par exemple, certains CRM sont davantage axés sur l’industrie de l’hôtellerie, comme Revinate qui s’intègre avec les applications de réputation en ligne telle TripAdvisor, tandis que d’autres CRM sont plutôt axés sur le commerce en ligne, comme Pipedrive qui permet la création de campagnes publicitaires via les courriels.  
  1. Pour la dernière catégorie, on retrouve les CRM tout-en-un. Ceux-ci ont la particularité d’être hautement personnalisables, de comporter maintes fonctionnalités et de s’intégrer facilement avec d’autres logiciels d’entreprises.  

Aussi, rajoutons un aspect important à garder en tête lors de la sélection d’un CRM est sa capacité à être facilement intégrable avec d’autres modules ou systèmes d’un ERP. Cela permettra d’avoir un flux d’information intégré du début jusqu’à la fin – d’un prospect à la facturation finale –, en passant par une gestion de projet rigoureuse.  

Quelle est l’utilité d’un logiciel de la relation client ? 

Un CRM fournit un grand nombre d’avantages pour ses utilisateurs. Selon un sondage effectué par Salesforce auprès de 3,384 clients sélectionnés de manières aléatoires, des bénéfices ont été décelés dans 5 grandes catégories : ventes, marketing, service à la clientèle, commerce électronique et technologie de l’information. La clientèle sondée a vu la conversion de clients potentiels en contrat augmenter de 30%, la satisfaction de ses clients augmenter de 30%, les recettes en ligne s’accroître de 15% et les coûts reliés aux technologies de l’information diminuer de 26%.   

Pour continuer, Zoho liste quelques bénéfices à utiliser son logiciel de la relation client. Parmi ceux-ci, on retrouve une meilleure organisation des données, grâce à la centralisation des données qui les rendent accessibles à tous. Ainsi, on évite de travailler en silo et la communication entre les différents départements se fait de manière plus fluide. Aussi, avoir à sa disposition un CRM permet de mieux gérer ses flux de communication avec ses clients. Par exemple, il est possible de programmer des rappels pour s’assurer d’exécuter le suivi, ou encore, de créer des modèles de courriels.  

Utilisons un exemple fictif afin de mieux comprendre. Victoria, conseillère aux ventes, travaille pour une compagnie d’électroménagers. Elle était en contact avec des clients potentiels. Or, elle a dû s’absenter quelques mois pour un congé de maternité. Lors du transfert de ses clients à ses collègues, quelques clients potentiels ont été oubliés ou perdus entre les failles du système. En revanche, si l’entreprise avait eu en sa possession un CRM, tous les clients de Victoria auraient pu être aisément transférés à d’autres conseillers sans tracas, en raison de la base de données centralisée. De plus, les conseillers auraient pu être notifiés et être rappelés, à l’aide d’un message automatisé, de faire le suivi.  

Conseil 2.0 est là pour répondre à vos besoins en CRM 

Plusieurs entreprises offrent leur propre logiciel de la relation client, comme Salesforce, Zoho, HubSpot, etc. Selon Gartner, il existe aujourd’hui plus de 1,000 applications de CRM disponible sur le marché. Inutile de dire qu’il devient rapidement difficile de s’y retrouver avec toutes ces options. De ce fait, implémenter dans son entreprise un logiciel de la relation client peut s’avérer ardu. C’est pour cela qu’il faut s’entourer d’experts. En effet, ceux-ci vont permettre, entre autres, d’éviter les erreurs coûteuses reliées à l’implantation d’un CRM.  

Chez Conseil 2.0 l’implantation d’un système technologique se fait en trois phases.   

  1. La première phase consiste à définir les besoins spécifiques de chaque client. Pour ce faire, un diagnostic des processus actuels du client est effectué en plus de l’évaluation des besoins.  
  1. La deuxième phase est l’évaluation des logiciels. Il s’agit de prendre en main le processus de sélection des fournisseurs, chacun offrant des solutions à des prix différents.  
  1. La troisième phase consiste à déceler la meilleure solution parmi la liste, en fonction des besoins spécifiques de chaque client et à l’implanter par la suite chez le client. 

Pour toutes questions reliées à vos besoins en CRM, n’hésitez pas à contacter l’équipe de Conseil 2.0 qui se fera un plaisir d’y répondre. 

Les perturbations au niveau mondial pour l’ensemble des chaines d’approvisionnement, incitent les entreprises à accélérer la transition numérique de leurs processus. Pour y répondre et continuer d’accompagner adéquatement ses clients, Talsom a conclu en ce début d’année un investissement stratégique dans Conseil 2.0, une entreprise québécoise de services professionnels spécialisée en chaine d’approvisionnement. 

Dans une lettre ouverte publiée à l’occasion de l’assemblée générale de l’ONU à New York,  l’Association internationale du transport aérien (IATA) dont les compagnies membres totalisent 82 % du trafic aérien mondial, l’International Chamber of Shipping (80 % des armateurs de la marine marchande), l’Union internationale des transports routiers (IRU) et la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), écrivaient que «les chaines d’approvisionnement commencent à céder », conséquence de contraintes imposées à la logistique mondiale. Une préoccupation partagée et observée, par une grande majorité de chefs d’entreprises, pour qui les risques liés aux chaines d’approvisionnement représentent aujourd’hui la 3ème menace en importance sur la croissance des entreprises. 

Par conséquent, la profitabilité des entreprises est aujourd’hui mise sous pression et incite à repenser l’entièreté des chaines d’approvisionnement, sous l’angle de la réduction, afin de favoriser plus largement les fournisseurs locaux et ainsi répondre en partie aux incertitudes liées aux tensions des marchés, aux enjeux réglementaires et de main d’œuvre, aux coûts de transport et à la résilience de l’infrastructure des pays plus éloignés. Nos entreprises doivent aujourd’hui prendre une posture plus agile et surtout décentralisée, en utilisant désormais les données prédictives plutôt que celles historiques et ainsi s’approcher de plus en plus d’une utilisation de l’intelligence artificielle afin de capitaliser sur de grands ensembles de données. 

De plus, les enjeux climatiques viennent appuyer cette nécessité d’aborder différemment les chaines d’approvisionnement. Il faut en effet comprendre que les huit plus grandes chaines d’approvisionnement mondiales, que sont l’alimentation, la construction, la mode, l’électronique, les produits de grande consommation, l’automobile, les services professionnels et les transports de marchandises, représentent plus de 50 % des émissions de CO2. Les entreprises qui y œuvrent, doivent rapidement apporter des changements efficaces et durables dans leurs modèles d’affaires, et intégrer les technologies numériques qui peuvent leur permettre de mieux comprendre leurs vulnérabilités et pertes potentielles si rien n’est fait. Un élément stratégique pour Talsom dans cet investissement dans Conseil 2.0, afin d’accompagner de façon toujours plus pertinente ses clients. 

Autre avantage de cette union entre Conseil 2.0 et Talsom, est qu’elle représente un aboutissement naturel de deux firmes qui travaillaient déjà ensemble depuis un moment sur plusieurs clients communs. Une synergie valorisant l’expertise autour de la chaine d’approvisionnement, incluant le positionnement des inventaires dans un réseau, les réseaux de distribution et les transports, le tout dans une démarche plus globale de transformation numérique. Ce dernier point étant particulièrement important car il faut retenir que 40 % des entreprises estiment ne pas maximiser leurs utilisations des technologies au niveau de leurs opérations et de leur production à 44 % (sondage Léger pour Talsom – 2021). L’alignement avec leur stratégie ou leur modèle d’affaires étant un frein pour 53 % d’entre elles, voire le principal frein à 24 %. Pourtant, pouvoir simuler les performances d’une chaine complète d’approvisionnement pour identifier clients et consommateurs susceptibles d’être affectés par des perturbations, leur permettrait de mieux aligner stratégies d’exécution des commandes et besoins réels des clients, tout en diminuant considérablement les émissions de GES. 

Si vous voulez en apprendre plus sur ce nouveau partenaire, contactez-nous.

Conseil 2.0 solidifie son partenariat avec Coupa pour pénétrer le marché québécois

Conseil 2.0, firme de consultation en chaîne d’approvisionnement, est fière d’annoncer officiellement aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat avec Coupa.  Conseil 2.0 devient ainsi un partenaire Intégrateur Système, portant sur leur offre en digitalisation des approvisionnements, plus précisément leur plateforme P2P auprès du marché québécois.

« Nous sommes fiers de ce partenaire qui est un chef de file dans son domaine selon Gartner. Coupa s’intègre parfaitement à la philosophie de l’entreprise et leurs plateformes et permet de fournir un système performant pour l’approvisionnement et le transport des clients ».

Conseil 2.0 est une firme de consultation en chaîne d’approvisionnement spécialisée dans l’approvisionnement, le transport et les systèmes liés à ces domaines. La firme compte plusieurs consultants expérimentés spécialisés dans plusieurs domaines de la chaîne d’approvisionnement.

Qui plus est, cette nouvelle entente d’intégrateur entre Conseil 2.0 et Coupa, permet à Coupa d’élargir sa visibilité auprès des entreprises québécoises et de faire valoir sa valeur ajoutée. En effet, Coupa permet aux entreprises du monde entier d’avoir la visibilité et le contrôle dont elles ont besoin pour gérer toutes leurs dépenses professionnelles en un seul endroit. Cette solution est possible grâce à leur plateforme (entièrement Cloud) Procure-to-Pay

«Nous sommes ravis d'accueillir Conseil 2.0 dans le programme de partenariat Coupa, et de travailler ensemble pour offrir une réelle valeur ajoutée à encore plus de clients au Canada ».

Pour en savoir plus sur la façon dont Coupa peut vous aider à dépenser plus intelligemment, rendez-vous sur leur site web.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour visionner nos webinaires !

Vous serez alerté(e) dès que de nouveaux webinaires seront prévus.